L'image du moi(s)


Chaque mois, petit billet d'humeur et d'humour à partir d'images conservées aux Archives. Forcément décalé !

Image du moi(s) - année 2017


Jeunes à moto, 3 juillet 1974. Négatif N&B, 2,4 x 3,6 cm. André Cros - Ville de Toulouse, Archives municipales, 53Fi5260.

Juin 2017


Jeune en juin

Comme un jeune en juin, on a envie de sécher les cours, de grimper aux arbres, de faire le kéké. On veut se baigner à minuit, dormir à midi, tuer le temps en jeux idiots, crises de fou-rire et plans sur la comète. Mais ce qui est vraiment important c'est de passer et repasser sur son engin à plein gaz dans les rues du quartier en faisant le plus de bruit possible, et si on peut taper une roue arrière c'est encore mieux. Surtout pour emballer les filles.
C'est sûrement ce qu'est en train de se dire Lionel qui a fait monter Gaëtane à l'arrière de sa Yamaha. Et , vu l'expression du visage de la belle, il a franchi un grand pas. Certes, elle n'a pas encore passé ses bras autour de son blouson de cuir, mais ça ne saurait tarder. Pour peu qu'elle s'imagine tout contre le héros de L'équipée Sauvage, sillonnant l'Amérique sur sa Triumph, l'affaire est dans le sac.
Sauf que le gars devant n'est pas Marlon Brando et, vu de l'extérieur, on dirait plutôt le Tonnerre mécanique des Oustalous. Pour être juste, il faut reconnaître que la passagère tient plus de Véronique Jeannot dans Pause-Café que de Nancy Sinatra dans Les Anges Sauvages. Mais quand on est jeune en juin, ça ne compte pas.

http://basededonnees.archives.toulouse.fr/4DCGI/Web_VoirLaNotice/34_01/1Fi1656xzx1/ILUMP9999
Le cirque Barnum & Bailley à Toulouse, prairie des Filtres, 15-18 mai 1902. Tirage photographique N&B, 8,4 x 12,1 cm. Ville de Toulouse, Archives municipales, 1Fi1656/1 (détail).

Mai 2017


Mai quel cirque !
Le croiriez-vous ? Voici cent quinze ans exactement, le cirque Barnum & Bailey, The Greatest Show on Earth, installait son chapiteau au milieu de la prairie des Filtres. Quelques jours plus tôt, dans la plus grande effervescence, Toulouse voyait arriver le train de quatre-vingts wagons et trois locomotives de la troupe. Il n'est qu'à voir, à l'image, la foule de curieux assemblés contemplant le montage des structures pour s'en convaincre.
Susciter la curiosité par tous les moyens a d'ailleurs été l'une des clefs de la réussite de l'américain Phineas Taylor Barnum. A grands coups de bluff, de bagout, d'impostures - son premier phénomène à succès fut une femme âgée prétendument de 160 ans - il a bouleversé le monde du cirque.
Monde qui n'était pas, comme aujourd'hui, réservé aux enfants ou aux Monégasques. Ainsi, une attraction à succès des side-shows étasuniens de la fin du 19e siècle était le geek : un homme sauvage enfermé dans une cage qui décapitait des poulets vivants avec les dents et buvait leur sang. Rien à voir avec le geek du 21e siècle qui paraît bien inoffensif en comparaison ; évitez tout de même de comparer Tolkien à Marc Lévy en sa présence : on ne sait jamais.
Mettez-vous maintenant dans la peau d'un Toulousain de 1902 visitant cette caravane de l'étrange où des éléphants côtoient des puces savantes, où un nain et un géant d'Islande entament une partie de cartes, où un hercule soulève d'un seul bras un couple de sœurs siamoises interprétant un concerto pour flûte et violon. Dans ce maelstrom de lumières et de musiques, vous êtes interpellé par les bateleurs vous invitant à découvrir : « la seule et l'unique femme-léopard, frrrissons garantis », ou « l'incroyable homme-caoutchouc dont les contorsions défient l'entendement ».
Mais avant de choisir l'un ou l'autre de ces spectacles, méditez bien le credo de tout bonimenteur, attribué à Barnum : « Il y a un naïf qui vient au monde à chaque minute ». Sachant que le « prince des charlatans » fut aussi politicien, cela laisse songeur...
Bulletin de tirage au sort pour la conscription de la classe 1889, estampe couleur, 12,5 x 15 cm. Ville de Toulouse, Archives municipales, 14Fi635

Avril 2017


Avril, c'est la (bé)quille

Lors de la journée du 10 août 1792, qui allait annoncer le début de la Terreur, plusieurs centaines de Gardes suisses affectés à la protection du roi furent massacrés en défendant le palais des Tuileries et ensuite inhumés dans le jardin attenant. Au cours du 19e siècle, la presse en mal d'actualité, se fit régulièrement l'écho du fleurissement, aux premiers jours du printemps, d'un marronnier à fleurs rouges sur l'emplacement des tombes. Ainsi naquit l'expression de « marronnier ».
Quelques mois après le découpage en pièces de la soldatesque helvète, la Convention décréta la levée en masse de plus de 300 000 hommes, donnant corps à ce qui allait devenir un marronnier, pour ne pas dire une marotte, de la vie publique française : le service militaire. Depuis, à intervalle régulier, il est question de le supprimer, de le rétablir, de l'allonger, de le raccourcir, de l'élargir, de le resserrer... Bref, lorsque les débats s'affadissent, que les idées s'étiolent, que les discours deviennent par trop bancals, on ressort la béquille de la conscription qui, si j'ose dire, reprend du service.
Notons que les personnes qui s'en emparent ne sont, en règle générale, pas directement concernées. En revanche, si vous vous vouliez gâcher une soirée d'étudiants dans les années 1980, il vous suffisait d'évoquer les « trois jours » pour voir les visages des jeunes hommes se décomposer. Et que dire de ces autres gaillards qui, un siècle plus tôt, devaient se rendre à la mairie de leur commune pour assister au tirage au sort des « heureux » élus ? Plus le chiffre qui sortait était bas, plus la durée du service était longue, de un à trois ans. Espérons que le Toulousain de 20 ans à qui fut attribué le numéro 233 se trouva relativement épargné.

 

Odette Cheippe posant en compagnie d'un inconnu dans un décor de montagnes, lors d'une partie de tennis [entre 1916 et 1932]. Plaque photographique stéréoscopique négative, 9 x 12 cm. Ville de Toulouse, Archives municipales 73Fi308 (fonds photographique de la famille Cheippe-Viot).

Mars 2017


Mars à la casse

Dites, en mars, ce n'est pas parce que les beaux jours pointent leur museau qu'il faut pour autant se croire tiré d'affaire.
Prenons mon cas par exemple : je me retrouve là, face à vous, alors que je n'ai rien demandé. En fait, j'étais bien tranquille étendu au soleil dans un parc, à sourire parmi les fleurettes naissantes, à les compter et à en conter à la femme la plus délicieuse qu'on puisse imaginer.
Puis voilà qu'on vient nous déranger pour m'apprendre que votre billettiste d'humeur habituel est allé dévaler des pentes enneigées. À son âge, ce sont des choses qu'on ne fait pourtant plus, à plus forte raison quand on n'a pas d'enfants pour vous y pousser.
Bref, l'inconscient se retrouve maintenant (après un bref héliportage non programmé) dans une chambre d'hôpital, hanche cassée, jambe fracturée, péroné brisé ou je ne sais quoi d'autre encore de travers.
Comme je suis bon prince, je lui souhaite un prompt rafistolage et rétablissement.
En revanche, me vient cette crainte : qu'un clown se mette en tête de venir dérider une de ses longues journées d'hôpital passée à fixer le plafond, immobile dans sa gangue de plâtre, et là il y a aura encore de la casse, je peux vous l'assurer.

Donc, un conseil, laissez-tomber la neige et allez taper dans une balle avec Odette. D'ailleurs, que je sache, Odette n'a jamais eu à souffrir de la moindre luxation ou entorse, et pourtant elle jouait en bottines à talons. Finalement, seule la plaque qui fixe cet instant est un peu cassée et rayée.

Et si vous voulez savoir comment s'est fini cet échange de tennis-ball, il vous suffit de cliquer ici.

http://basededonnees.archives.toulouse.fr/4DCGI/Web_VoirLaNotice/34_01/53Fi1612/ILUMP9999
Le carnaval étudiants dégénère, les jeunes font face aux forces de l'ordre place du Capitole, 27 février 1985. Négatif N&B, 2,4 × 3,6 cm. André Cros - Ville de Toulouse, Archives municipales, 53Fi1612.

Février 2017


Février fiévreux

Ne sentez-vous pas la fièvre monter ces derniers temps ? Une fébrilité ambiante. Une sorte d'état grippal généralisé qui n'augure rien de bon. Mi-énervé, mi-hébeté, on regarde, incrédule, les chaînes d'information continue. À poursuivre sur cette pente, notre santé risque de se détériorer irrémédiablement. Il faut réagir.
Je m'adresse à toi le fiévreux, à toi la goutte-au-nez, à toi le tousseur compulsif. Lève-toi de ton lit ou de ton canapé, et sors dans la rue. En pyjama, en robe de chambre, en pantoufles, en pilou-pilou, ce n'est pas grave. L'essentiel est d'être là. Vous tous, les grippés, les enrhumés, les rhinopharingés de la Terre, unissez-vous, mais évitez de vous toucher quand même, car vous êtes contagieux. Et puis méfiez-vous : quand on sort avec la fièvre, on peut faire des trucs bizarres.
Prenez l'exemple des étudiants toulousains en février 1985. Déjà, pour avoir l'idée d'organiser un carnaval, il ne faut pas aller bien. Imagine, tu t'habilles n'importe comment, et en plus tu défiles dans la rue devant les gens, et en faisant un vacarme pas possible pour bien qu'ils te remarquent. Franchement, si tu voulais te faire moquer, tu ne t'y prendrais pas autrement. Pour peu que tu sois un peu fébrile au départ, ça peut vite dégénérer.

 

Pierre Baudis en discussion lors de l'assemblée générale constitutive de l'association du Grand Sud-Ouest, le 25 mai 1979, à l'hôtel de ville du Capitole. Positif couleur, 4 × 5 cm, direction de la Communication - Ville de Toulouse, Archives municipales, 15Fi50/4.

Janvier 2017


Janvier, sur la vie de mon maire !

« Purée ! Ils font une exposition sur Pierre Baudis et ils m'ont même pas prévenu. Pourtant, la vérité, je l'ai bien connu moi, Pierre Baudis. Tiens, je me souviens même la première fois que je l'ai rencontré. On était dans la rue avec mon frère et le petit Majoral, on allait manger chez ma mère qui habitait encore à Saint-Aubin ; c'était la tradition, le mercredi, elle nous préparait des œufs à la soubressade, à mourir comme c'était bon.
Donc, on est dans la rue et je vois Guy, tu sais, celui qui est de Casa, qui arrive accompagné d'un type à fière allure. Il nous dit : « vous connaissez Pierre Baudis ? » en nous le présentant. Tout de suite il m'a plu cet homme. Franchement, on aurait pu croire qu'il venait de l'autre côté, tellement il était beau. Et après, chaque fois que je l'ai revu, au magasin ou chez Madame Sintès, toujours sympathique, toujours un mot pour la famille. Ma parole, un homme comme ça, sûr qu'il avait la baraka ».
A l'instar de ce témoin typique mais néanmoins imaginaire, ceux qui ont rencontré Pierre Baudis, qui fut maire de Toulouse de 1971 à 1983, en ont gardé mémoire. L'hommage qui lui est rendu dans la salle Henri-Martin du Capitole jusqu'au 15 janvier prochain permettra aux uns de raviver quelques souvenirs, aux autres de découvrir un homme dont la carrière politique, débutée en 1958, s'acheva avec son décès en 1997.