Arcanes, la lettre


Chaque mois, l'équipe des Archives s'exerce à traiter un sujet à partir de documents d'archives ou de ressources en ligne. Ainsi, des thèmes aussi variés que la mode, la chanson, le cinéma, le feu sont abordés...

POINT


novembre 2020

DANS LES ARCANES DE


Les capitouls de l’année 1630 siégeant au petit consistoire de l’hôtel de ville, actuellement rez-de-chaussée du Donjon, huile sur parchemin par Jean Chalette. Mairie de Toulouse, Archives municipales, Livre VI des Annales manuscrites, BB 278, chronique 302.

Point d’honneur


novembre 2020

Lorsque sœur Roze aperçoit Catin Varenes, en ce 10 juin 1784, elle sait déjà comment les choses vont tourner. Pour sœur Roze, cette femme n’a point d’honneur. "Foutue jaunisse", "chabalas", "gueusarde", "bougresse" : les quolibets pleuvent sur la sœur grise de la Charité. Catin Varenes n’a qu’une envie "lui baille[r] une bonne estrillade" ! Elle est arrêtée par la garde et jugée par les capitouls, qui rendent leur sentence 5 jours plus tard : elle est condamnée à 15 jours de prison et à une amende de 26 livres. Point final !Costume des sœurs de la Charité issu de Philippe-Joseph Maillart et Jeanne-Catherine Maillart, Collection de costumes de tous les ordres monastiques, supprimés à differentes époques, dans la ci-devant Belgique, Bruxelles : Philippe-Joseph Maillart, [1811]. Bibliotheek biekorf Brugge, FAVA KL.I 357


Du moins... c’est le témoignage historique que nous livre cette procédure criminelle… Car aux Archives de Toulouse, nous mettons un point d’honneur à maintenir une offre à destination des scolaires pendant cette période particulière. Les élèves des classes de CM2, 6e, 5e et 4e sont donc invités à participer à un concours de lecture-écriture "Les voix de la procédure". A travers un jeu de rôles, les élèves jouent avec la langue du 18e siècle et les plus grands sont invités à imaginer les événements qui ont suivi l’exécution de la sentence : Catin Varenes ne s’en arrêtera pas là ! Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 décembre 2020. Si vous cherchez un projet vivant à conduire en classe, ce concours est fait pour vous ! Un point, c’est tout !

ZOOM SUR


.

Portrait en pied, debout, de 3/4, devant un décor peint, d'un artiste vêtu de son costume de scène composé d'un pourpoint orné d'une fraise, d'une cape et d'un chapeau. Eugène Merlin – Mairie de Toulouse, Archives municipales, 3Fi1505.

Pourpoint


novembre 2020

Un pourpoint, une cape, une barbiche, des bas, des souliers, des froufrous, une fraise, un chapeau à panache, des gants : le costume est riche, et renvoie au 16e siècle. L’artiste, dans une attitude presque bouffonne, soigne son image. Mais quoi d’autre ? Nous avons peu d’informations : une notice descriptive, la numérisation du recto et celle du verso.

La photographie est collée sur un carton orné d’un cadre. Ce décor compte plusieurs motifs en référence à la musique, qui ne sont autres que les attributs des muses de la poésie et de la danse. Sans chercher très loin, on peut supposer qu’Eugène Merlin, qui comptait des artistes dans sa clientèle, avait aussi de quoi présenter ses travaux. Nous avons trois portraits de petit format montrant trois personnages dans le même studio à décor peint, mis en évidence sur un carton avec cadre, destiné lui-même à être encadré. Quelle mise en abîme !

DANS LES FONDS DE


Bons points


novembre 2020
 
 

Durant la Première Guerre mondiale, les dépenses militaires n’en finissaient plus de creuser les finances publiques. Pour remédier à cette situation difficile, l’État fit appel à la population en l’enjoignant à souscrire à l’emprunt national. Le ministère de l’Instruction publique prit part à cette collecte de fonds en éditant des bons points thématiques pour récompenser les élèves les plus méritants.

Le message sous-jacent à ces petits carrés illustrés était simple : « En souscrivant à l’emprunt national, vous soutiendrez l’économie de guerre, sauverez les récoltes et redonnerez de l’espoir à la veuve et l’orphelin ». Rien de moins !

Personnellement, au cours de mon enfance, je n’ai reçu qu’une seule fois un bon point à l’école, mais je ne me rappelle plus pourquoi (à n’en pas douter, j’avais dû bien me comporter en classe ou exceller à la dernière dictée… !). Une chose est sûre : cette fois-ci, le destin de la nation ne s’en est point trouvé changé !

 

LES COULISSES


.

« Arcanes, la lettre », ASCII Art, Marie-Hermine SCHNEIDER

Point, espace, tiret


novembre 2020

Lorsque le classement d’un fonds d’archives est terminé, l’archiviste entame l’étape de l’analyse. L’objectif de cette étape est de décrire le contenu informatif du fonds de manière organisée afin de mettre en valeur sa structure cohérente. L’analyse archivistique doit être concise, pertinente et non-ambiguë afin que le lecteur puisse accéder rapidement à une information fiable. En effet, elle est le point d’entrée à toute curiosité externe, elle revêt donc une importance primordiale si l’archiviste souhaite que le fonds soit consulté.

L’analyse peut être brève ou détaillée : il est possible d’indiquer de nombreuses informations, mais la richesse de la description dépend souvent de la complexité du fonds classé. Elle doit généralement faire apparaître, si l’information est connue, l’objet, la localisation, l’action sur l’objet, la typologie des documents, l’acteur à l’origine de l’action ainsi que les dates extrêmes.

Comment organiser ces différents éléments dans l’analyse sans perdre de lisibilité ? La ponctuation y joue un rôle indispensable. Elle est un outil de rédaction, utilisée comme ciment de construction entre les informations. Voici un exemple d’analyse ponctuée :

Objet. – 1re action : typologie, autre typologie (dates). 2e action : typologie (dates).

Dates extrêmes

Arcanes. – Thématique : listes annuelles (2010-2020). Rédaction : brouillons, numéros validés (2015-2020).

2010-2020

La première combinaison de ponctuation, le point-espace-tiret, est utilisée pour séparer l’objet principal du reste des éléments de l’analyse. Tout ce qui va suivre cette ponctuation se rapporte à l’objet, mais elle ne peut être employée qu’une seule fois au sein d’une même analyse. Cependant, elle ne revêt pas un caractère obligatoire : l’analyse peut être allégée si celle-ci est très succincte (par exemple, Objet : typologie).

Comme nous pouvons le voir dans le premier exemple, le point-espace-tiret n’est pas la seule ponctuation utilisée, la variété des signes permet d’organiser et de hiérarchiser l’information :

    • le point seul permet de séparer la description des différents contenus à l’intérieur d’un même dossier ;

    • les deux points apportent une précision, comme pour indiquer la typologie ;

    • La virgule et le point-virgule séparent des données de niveau équivalent.

Le jeu de l’analyse repose en la capacité de l’archiviste à jongler entre la ponctuation et l’information qu’il souhaite transmettre pour, au final, obtenir un point d’entrée efficace pour quiconque lira la description du fonds.

DANS MA RUE


.

Vue générale du nord de Toulouse prise depuis la tour Guillaume Carreri,1855. Tirage du calotype original réalisé en 1978 par Jean Dieuzaide. Mairie de Toulouse, Archives municipales, 26Fi165.

Points de vue, images de Toulouse !


novembre 2020

Sans vouloir parodier le titre d’un célèbre magazine people d’après-guerre, il est vrai que Toulouse offre de multiples points de vue qui ont permis de tout temps de découvrir la ville autrement. En effet, il est frappant encore aujourd’hui de voir jaillir au-dessus des toitures de tuiles, à côté des campaniles, de nombreuses tours couronnées d’une terrasse. Ces dernières sont l’œuvre de puissants personnages : les capitouls – conseillers municipaux de l’Ancien Régime – riches marchands ou encore parlementaires, et illustrent la grandeur de leur statut et parfois la hauteur de leurs ambitions !

Ces belvédères, qui quadrillent le centre ancien, offrent des vues panoramiques imprenables.

Cette photographie, datant de 1855, illustre parfaitement cet état des choses. Prise depuis la tour de l’hôtel Baderon-Maussac – démoli lors de l’ouverture de la rue Ozenne – elle montre cet intérêt de toujours porter un autre regard sur la cité environnante et de découvrir ce qui est peu ou pas visible depuis la rue.

En effet, il est frappant de voir qu’au centre de cette image en noir et blanc s’élance vers le ciel une autre tour, celle de l’hôtel Dahus, alors qu’à l’arrière est reconnaissable le clocher de la cathédrale Saint-Etienne.Hôtel Dahus Tournoer, façade principale sur cour depuis la rue Ozenne, 2020. Phot. Chaillou, Mélanie, Toulouse Métropole.

Cet hôtel, appelé aussi hôtel Tournoer, dont la construction démarre à la fin du 15e siècle, a connu de nombreux remaniements jusqu’à la disparition d’une partie de ses corps de bâtiments. Effectivement les travaux, finalisant la dernière percée toulousaine qui mène du marché des Carmes au jardin des Plantes, emportent dans les premières années du 20e siècle le jardin, les bâtiments de service et la partie ouest du corps médiéval composant l’hôtel.

Les vestiges actuels comprennent le corps de logis érigé pour le capitoul Pierre Dahus dans les années 1460/1470 ainsi que la tour d’escalier bâtie à partir de 1530 pour Guillaume de Tournoer et achevée au 17e siècle par l’érection des deux derniers niveaux et de la tourelle permettant l’accès à son sommet.

Il faut alors imaginer que, depuis cette terrasse, de nouveaux points de vue d’où file le regard sont possibles !

Il est à noter que depuis le début du 20e siècle, le parapet a retrouvé son couronnement crénelé souligné de faux mâchicoulis, tout comme le logis, ses anciennes croisées. Ces restaurations néo-médiévales sont réalisées par l’architecte de la Ville avant la vente de l’hôtel à la Caisse régionale du Crédit Agricole qui l’occupe toujours.

SOUS LES PAVÉS


.

« Coup-de-poing » découvert à Balma et conservé dans les collections du Petit Séminaire de Pamiers, photographie Marc Comelongue, Service de l’Inventaire patrimonial et de l’Archéologie de Toulouse Métropole.

Gnon préhistorique


novembre 2020

Autour de Toulouse, les terrasses de la Garonne et de ses affluents recèlent de l’outillage taillé par nos ancêtres du Paléolithique inférieur dans du quartzite, du quartz ou du silex. Les plus belles pièces sont des bifaces pour lesquels on a longtemps utilisé l’expression « coup-de-poing », maintenant désuète.

Ces artefacts péri-toulousains furent connus très tôt, notamment grâce au comte Victor d’Adhémar qui publia ses récoltes dans les vallées de la Sausse et de la Ceillone dès 1868, dans la Revue archéologique du Midi de la France. Récoltes qui furent déposées au muséum d’histoire naturelle de Toulouse et au musée de Saint-Germain-en-Laye.

Cette publicité incita d’autres collectionneurs à s’en procurer et favorisa leur dispersion. Celui dont nous présentons le cliché avait été découvert à Balma, comme en témoigne une inscription à l’encre, et a rejoint les collections du Petit Séminaire de Pamiers, dans l’Ariège.

EN LIGNE


.

Scène de la vie quotidienne à la colonie de vacances le "Petit Capitole" : groupe d'enfants réfugiés espagnols, séparés de leurs parents par la guerre civile, s'amusant au ballon et au jeu de dames. Avril 1938. Photographie N&B. Marius Bergé - Mairie de Toulouse, Archives municipales, 85Fi1814.

À vous de jouer… et libre à vous de compter les points !


novembre 2020
(Re)confinement oblige, les salles de lecture des services d’archives ont dû fermer leurs portes jusqu’à nouvel ordre. Alors, comme au printemps, nous nous mobilisons pour vous proposer d’autres façons d’accéder à nos ressources, grâce à notre base de données en ligne, ou de les (re)découvrir, de manière originale et ludique.
Et cette tendance est nationale. Les initiatives se multiplient dans toute la France avec, pour seule règle du jeu, un peu de bonne humeur. Bienvenue au #GameOfArchives !

Les exemples présentés ici n’ont pas tous été spécifiquement développés dans le cadre du (re)confinement, mais nous avons pensé qu’ils pourraient néanmoins vous inspirer.

 
Brest Lille Lyon Orléans Strasbourg
Aube Aude Bouches-du-Rhône Calvados Manche





De notre côté, nous vous (re)proposons nos jeux du printemps, nos grilles de mots-mêlés et de mots croisés, ainsi que notre questionnaire à indices.
Enfin, nous espérons que notre petit calendrier de l’Avent vous apportera une distraction bienvenue.
 
CALENDRIER DU (RE)CONFINEMENT DE L’AVENT : une image par jour jusqu’au 25 décembre
 
19 novembre 20 novembre 21 novembre 22 novembre 23 novembre 24 novembre
25 novembre 26 novembre 27 novembre 28 novembre 29 novembre 30 novembre
1er décembre 2 décembre 3 décembre 4 décembre 5 décembre 6 décembre
7 décembre 8 décembre 9 décembre 10 décembre 11 décembre 12 décembre
13 décembre 14 décembre 15 décembre 16 décembre 17 décembre 18 décembre
19 décembre 20 décembre 21 décembre 22 décembre 23 décembre 24 décembre
25 décembre